Retour prévu le 23 mai à 6.40 …..

Archives mensuelles : mai 2013

Amed puis Sanur

Nous avons quitté Ubud pour aller faire un petit tour sur la côte est à Amed.

Sur la route ,nous faisons un arrêt au Water Palace,le « Tirta Gangga »(eau du gange) où se trouve un très beau palais aquatique construit pour le raja d’Amlapura.

Amed est apparemment un des derniers endroits authentiques de l’île mais pour combien de temps ?On nous dit que dans les années 70 ,Kuta ressemblait à Amed…Difficile à imaginer tellement Kuta est devenu un parc à touristes.A Amed,le temps semble s’écouler d’une manière beaucoup plus lente,beaucoup plus paisible,au rythme des pêcheurs …Les gens viennent ici pour la plongée et pour le snorkelling .Nous logeons dans un « appartement » faisant partie d’une villa à la mode balinaise.

 

Amed commence aussi  à voir surgir de partout des constructions qui remplacent les jolies rizières.Nos hôtes ,Ayu et Nyoman ont des idées plein la tête pour accueillir les occidentaux.Ils sont d’ailleurs en train de construire une autre villa et nous demandent si nous aimons les couleurs ,la salle de bain à ciel ouvert…Ici pas de grue ou d’échaffaudage  ! Tout est fait à la main et on voit même des balinais porter des seaux de briques sur leur tête.Notre avis leur semble important car ils veulent à tout prix que leurs villas soient à l’image des envies de nous autres touristes occidentaux.Le tourisme fait vivre les balinais mais ces changements risquent d’avoir des répurcussions désastreuses pour l’île des Dieux.

Les filles se font masser pour la première fois …et y prennent goût !Il est temps de partir !

Nous descendons vers le sud,à Sanur, pour nous rapprocher de l’aéroport.Nous avions lu que Sanur était une petite station balnéaire familiale ,beaucoup plus tranquille que Kuta ou Legian.Nous avons vite désenchanté car les lieux sont très touristiques et bien loin de ce que nous attendions.

Nous faisons tout de même une petite promenade du côté de Sanur beach mais ce sera notre seule sortie sur Sanur.

Le lendemain nous repartons sur Ubud car un grand évènement se prépare.

Le 14 Mai a lieu la crémation du fils du Roi et tous nos amis balinais nous ont vivement recommandé d’assister à cette cérémonie traditonnelle, grandiose et rare… Nous avions déja pu apercevoir les premiers préparatifs lors de notre passage sur Ubud.

 

La crémation est la plus grande cérémonie dans la vie d’un balinais car c’est le passage entre la terre et l’au-delà avant la réincarnation.C’est une fête joyeuse puisque le défunt peut rejoindre l’au delà pour se réincarner. C’est une cérémonie  qui coûte très chère aux familles.Les crémations royales sont les plus impressionnantes:  les préparatifs sont gigantesques,les chars et le cortège sont magnifiques,les costumes superbes…Le début de la cérémonie se passe sous un soleil de plomb jusqu’au moment où éclate un orage.Nous sommes trempés jusqu’aux os mais le déplacement en valait le coup !

Nous quittons Bali en nous promettant d’y revenir un jour…

Décollage pour Hong Kong !

 

 

Les environs d’Ubud

Nous sortons d’Ubud pour aller visiter les villages avoisinants:Mas,Batubulan…Les balinais naissent artistes (ou chauffeurs de taxi car tout le monde semble pouvoir vous conduire où vous le souhaitez !)et ils ont tous des petites mains en or.On découvre le long des routes plein d’ateliers de sculptures de bois,de pierre,de batik,d’argent…C’est vraiment impressionnant de les voir travailler toutes ces matières.

Pour nous déplacer,nous avons pris l’option d’un taxi/chauffeur/guide.Made nous emmène où l’on veut et comme il est très sympathique (commes tous les balinais en général),nous faisons appel à lui lorsque nous voulons sortir d’Ubud.

Nous partons découvrir le volcan Gunung Agung (3142 m)surnommé le nombril du monde par les balinais.Sa dernière éruption date de 1963 et a causé la mort de 1500 balinais. Au pied du mont Agung se trouve  l’ensemble religieux le plus important de Bali: le temple de Besakih, »le temple mère ».La visite est intéressante mais les sollicitations incessantes gâchent un peu l’ensemble.On craquera pour des cartes postales vendues par des petites louloutes hautes comme trois pommes s’exprimant dans un français impeccable.Leur tour est bien rôdé mais comment résister à ces petites bouilles souriantes qui vous disent : »S’il te plait madame,pour que je puisse aller à l’école…Si tu achètes,je te donne une en cadeau. »Comment  peut on dire non ?Maëlla et Lilwenn se présentent en balinais et font connaissance avec un de ces petits anges.D’ailleurs celle ci reviendra plus tard apporter des fleurs aux filles qui seront très touchées par ce geste.Nous devons également négocier les sarongs que nous devons emprunter pour entrer visiter le temple et c’est ,comme toujours, une lutte acharnée !Mais voir Franck en sarong,ça n’a pas de prix !

 

 

 Nous profitons de notre séjour balinais pour nous faire masser et chouchouter car les massages coûtent à peine 8 € pour une heure !Nous emmenons les filles faire un petit tour au spa pour leurs premières pédicures…Elles sont excitées comme des puces ce qui fait bien rire toutes les petites balinaises qui s’occupent d’elles…Elles ressortent avec de jolis ongles et le sourire aux lèvres…Elles risquent de devenir accros !

 

 

 

Après un petit tour dans l’est de l’île,nous faisons une petite virée dans le nord pour aller voir Munduk et ses paysages mais surtout le lac Bratan qui est le deuxième plus grand lac de Bali.Ici ,l’air est plus frais et on trouve beaucoup de culture de fraise.Nous en profitons pour visiter le temple du lac,temple hindo bouddhique,très prisé par les touristes : le Pura Ulun Danu Bratan qui est dédié à la déesse des eaux,Dewi Danu.

 

Cette petite virée nous permet de passer par les rizières en terrasse de Jatiluwih,qui sont un vrai régal pour les yeux.Jatiluwih signifie « vraiment merveilleux » et le spectacle qui s’offre à nous  l’est vraiment.Ces  terrasses centenaires seront probablement classées au patrimoine de l’Unesco.Malgre la chaleur étouffante,nous tentons une promenade dans ces lieux magnifiques mais celle ci sera de courte durée,le soleil nous assommant littéralement.Ils sont bien courageux nos petits balinais ! 

Nos sorties avec Made sont très instructives et nous permettent de mieux appréhender la culture balinaise.

Bali,l’île des dieux….Alors que la grande partie des îles indonésiennes sont de religion musulmane,Bali est hindouiste.Il y a beaucoup de similitude avec l’Inde puisqu’on retrouve le système des castes,les crémations,les trinité comme Brahma,Shiva et Vishnu.

Ganesh, dieu de la sagesse et de l’intelligence, protecteur du savoir et de l’éducation. Il est très populaire et de nombreux hindous le prient avant d’entreprendre quoi que ce soit, car il a le pouvoir d’écarter les obstacles pour garantir un succès.

La religion est au coeur de la vie de tous les jours et nous sommes toujours ébahis de voir toutes les offrandes sur le trottoir ,devant les magasins ,les hotels,restaurants,sur les scooters,dans les voitures,devant les maisons…Les balinais font des offrandes 3 fois par jour et on peut voir des femmes les fabriquer et les préparer pendant des heures.Ce sont de petits paniers en feuille de palmiers et les femmes y déposent des grains de riz,des biscuits,des fleurs ,de l’encens…Sur ces offrandes,les femmes y déposent des gouttes d’eau bénite avec un rituel bien précis .En général,chacun se fabrique ses offrandes mais ceux qui travaillent et qui n’ont pas le temps de les faire peuvent les acheter tôt le matin.En fait,il y a des offrandes pour les dieux mais aussi pour les démons car les balinais ne veulent pas qu’ils se fâchent.Tout est question d’équilibre…Les offrandes pour les dieux sont souvent installées en hauteur sur de petits autels et celles pour les démons posées par terre.Celles pour les dieux sont raffinées car les dieux ont bon goût,celles pour les démons sont plus banales car les démons sont voraces .

Les balinais passent plus de la moitié de leur temps à préparer des offrandes ou des cérémonies religieuses.Bali possède une multitude de temples puisqu’il y a les temples familiaux,les temples du village ou les temples nationaux et c’est pourquoi ,chaque jour sur l’île,on peut observer l’anniversaire d’un temple.Chaque maison possède un temple familial ,plus ou moins important selon la caste à laquelle on appartient.

Petite explication sur les prénoms balinais…Nous étions très surpris les premiers jours d’entendre toujours les mêmes prénoms lorsque nous leur demandions comment ils s’appelaient.A Bali,il y a très peu de prénoms et ils sont donnés selon l’ordre d’arrivée.Ainsi les aînés s’appellent Wayan signifiant « le plus mûr » (ou bien Putu ou Gede) et pour les filles Wayan(ou Putu ou Iluh),les seconds s’appellent Made signifiant « le milieu » (ou Kadek)et pour les filles Made(ou Kadek ou Nengah ).Au troisième rang(masculin ou féminin),on trouve  Nyoman qui signifie « le dernier » (ou Koman).

Après ça se complique…En règle général,les balinais n’ont pas de grande famille(du moins ces dernières decennies) et 3 enfants semblent être le nombre idéal selon eux mais comment faire si la nature en décide autrement ?Il a donc fallu trouvé un quatrième prénom :Ketut !(derivé du mot kitut qui est la minuscule petite banane qui pousse au bout du régime de banane).

Et après ? On recommence depuis le début !Et pour différencier les prénoms mixtes,on rajoute I devant les prénoms masculins et  NI devant les prénoms féminins.

Nous avons aussi rencontré d’autres prénoms tel que Gusti ou Ayu mais ils appartiennent aux castes plus élevées (seulement 10 % de la population).

Maëlla peut donc fièrement dire : »Nama saya (Ni)wayan « et lily « nama saya (Ni) Made »

Et pour les noms de famille ?C’est encore une autre histoire !(pour ceux que cela intéresse,nous contacter!!!).

Pour notre dernière soirée à Ubud,nous sommes allés voir une autre danse balinaise appelée le Kekak.La représentation a lieu dans un temple à ciel ouvert avec comme seule lumière un flambeau au milieu de la cour.Cette danse est très particulière car elle se joue sans gamelan (accompagnement instrumental) et c’est un choeur qui chante de manière quasiment continue le chak-a-chak-a-chak.C’est ce même choeur qui chante lors des transes durant les rituels.Les costumes sont sublimes et on se laisse emporter par ces voix et l’histoire de Rahma et Sita.

Nous partons désormais faire un petit tour du côté d’Amed sur la côte est de l’île.

 

 

Quelques pas en Asie…l’Indonésie…Bali

 

Avant notre retour en France,nous faisons une halte en Indonésie,plus précisement à Bali.Nous avons bien conscience que Bali est la partie touristique de l’Indonésie mais pour nos dernières semaines de voyage,nous aspirons à une certaine sédentarité et  tranquilité d’esprit (pas de traitement anti palu,pas besoin de prendre des avions pour aller à gauche et à droite…).

Le vol Darwin/Denpasar avec Jetstar se passe très bien,et même  très très bien puisqu’on nous offre repas chaud et trousse de toilette(chaussettes pour dormir,brosse à dent,cale tête…même si le voyage ne dure que 2h30 !)et ceci sans aucune demande de notre part  !Nos voisins de gauche et droite nous jettent des coups d’oeil envieux et nous demandent pourquoi nous avons le droit à toutes ces petites attentions mais nous n’en savons rien !Peut etre que la première classe se trouve dans les deux dernières rangées du fond (eh oui on a encore eu le droit aux toilettes !).

Les petits désagréments pointent leur nez à l’aéroport.Nous savions que nous devions acheter un visa touriste  à l’arrivée, mais nous avons fait  quelques erreurs de calcul sur le montant à prévoir et n’avons donc pas la somme requise ni en dollars ni en rupiah .Nous essayons donc de payer par carte, mais comme souvent ici la machine ne fonctionne pas…. soyons lucides on préfère le cash dans le coin! Pas de panique,Franck retire l’argent au distributeur automatique puis va règler les… 990 000 rupiah ! Je sais…Cela peut faire peur mais 1€ est (à peu près)équivalent à  12 800 rupiah(soit ici 80 €).Vous l’aurez compris ,les prochains jours nous seront  millionnaires !!!

 Nos visas en main,nous nous dirigeons vers l’immigration mais c’est à ce moment là que Franck réalise qu’il a laissé la carte bancaire dans le distributeur….Argh !Au secours !On se précipite sur la machine mais plus de carte!Là c’est la panique à bord .Heureusement nous avions repéré l’homme (un français avec toute sa petite famille)qui était derrière Franck au distributeur et nous voici partis à leur recherche dans l’aéroport.La chance est avec nous car nous les retrouvons  rapidement et ils nous expliquent que la carte a été avalée par la machine.Ouf !C’est mieux qu’une carte volée !Il ne nous reste plus qu’à trouver un moyen de la recupérer.Ceci sera fait 5 minutes plus tard grâce à un gentil monsieur qui va nous ouvrir le distributeur. Epatants ces Balinais !Pas sûr qu’on aurait récupéré notre carte le jour même en France !

En route pour Denpasar,la capitale,où nous allons passer nos deux premières nuits afin de préparer la suite de notre séjour.

La ville administrative ne semble pas très intéressante, mais elle nous permet d’approcher pour la première fois la culture asiatique.Ici ,ça grouille de partout et les filles sont étonnées de voir toute cette animation dans les rues, et cette intense circulation, avec tous ces scooters.Mais finalement toute cette agitation pourrait se résumer à ce vieil adage: « circulez! y’a rien à voir! » Et nous mettons les voiles sur Ubud, »capitale culturelle » de Bali.

Sur le chemin d’Ubud,nous faisons plusieurs arrêts afin de visiter des ateliers de Batik (peinture sur tissu) et le Bali Zoo pour faire plaisir aux filles qui veulent voir des éléphants et des tigres (la plupart, vieux et endormis, no comment!).Nous assistons à notre première danse balinaise, celle du Barong.Le Barong est une créature mythique représentant le bien et il est opposé à Rangda ,Reine des sorcières,représentant le mal.Les balinais croient que le bien et le mal co existent ,l ‘un à côté de l’autre.Le spectacle est intéressant mais les danses balinaises sont de plus en plus adaptées aux touristes et leur qualité varie d’une troupe à l’autre.

 

 

C’est notre première constatation:L’île est devenue une île très touristique et tout y est organisé pour que le touriste dépense au maximum.Dur d’y échapper et dès notre arrivée sur Ubud ,nous allons être sollicités pour tous les services possibles et inimaginables:Taxi,massages,vêtements,circuits…Les filles n’arrêtent pas de dire « no thank you » et finissent pas le dire en balinais afin de se faire comprendre .

C’est vrai que ces sollicitations permanentes sont un peu usantes mais nous avons quand même décider de rester sur Ubud et de partir faire des virées à la journée.Il faut dire qu’il fait très chaud et même plus chaud qu’en Australie car il fait 35 ° avec un fort taux d ‘humidité.A partir de midi,la chaleur est assomante et nous nous réfugions dans notre bungalow jusqu’à ce que la chaleur devienne plus supportable. Comme nous ne nous sentons pas d’humeur à bouger tous les 2/3 jours sous cette chaleur avec tous nos bagages,nous nous installons une dizaine de jours sur Ubud.

Même si Ubud est blindée de touristes et notamment de français (et le mot est faible),nous apprécions cette ville d’art et son animation. De plus sa situation centrale nous permet d’éffectuer des excursions à la journée  pour découvrir le reste de l’île.

L’Indonésie nous permet d’appréhender une région du monde qui nous est inconnue:Sa culture et ses croyances,ses rizières et sa jungle,sa population,sa gastronomie…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nos premières journées sont consacrées à visiter la ville.

Nous faisons un tour par son marché où on peut acheter tout et n’importe quoi.Ici le mot d’ordre est « négocier ».Les vendeurs annoncent des prix astronomiques  et nous leur proposons les prix les plus bas possibles ….la bataille est acharnée voir  féroce! On essaie de se prêter au jeu, sans se laisser attendrir. Les sollicitations sont incessantes. C’est aussi la première fois que les filles n’apprécient pas de faire du shopping et qu’ elles sont soulagées de quitter les lieux.

Nous visitons the monkey forest où se trouvent différents temples et les fameux macaques.Ces singes sauvages y vivent en liberté et sont une attraction pour les touristes.Les singes sont très hargneux et sont prêts à vous sauter dessus pour obtenir ce qui les intéresse.Lunettes,chapeaux,bouteilles d’eau,nourriture…Il y a quelques gardiens censés les tenir à distance mais nous restons tout de même très prudents.Franck a eu le malheur de s’approcher d’un peu trop près une maman qui tenait  contre elle son petit et on a vu rappliquer toute la famille mécontente avec leurs dents bien pointues.Les filles ont eu très très peur.

La vie à Bali a terriblement augmenté et le logement bon marché se fait plus rare(il faut dire qu’on veut eau chaude et clim si possible).L’alimentation reste ce qu’il y a de moins cher ici.On mange dans des warungs,qui sont des petits »restos » familiaux qu’on trouve en bord de route.On mange sur des bouts de table ou sur des bancs et on évite surtout de regarder ce qui se passe dans la pseudo cuisine…Ca pourrait faire peur! Mais la note tourne autour des 10 € pour 4 et c’est très bon …Qui dit mieux !

De toute façon,pour manger pas cher ,il faut manger local et comme c’est souvent délicieux,on y retourne tous les jours.Au menu:le plat national « le nasi goreng »(riz frit avec chips de crevette et oeuf frit),le mi goreng(nouilles fries)et pleins d’autres choses délicieuses assez relevées…

Les prochains jours seront consacrés à visiter les alentours d’Ubud.

 

 

Lilwenn et Maella en Australie

 

Lilwenn:

J’ai bien aimé porter un koala car c’est tout doux et j’ai bien aimé donner à manger aux kangourous car ça m’a chatouillé la main.

Sur la côte Est, j’ai adoré faire du surf avec notre petite planche et en plus,papa et maman nous ont acheté une combinaison de vraies surfeuses !

J’ai eu un petit peu peur quand j’ai vu le crocodile à côté du bateau(dans le kakadu).En plus, on a vu un petit bébé serpent !Mais j’ai quand même bien aimé la sortie en bateau tôt le matin.J’ai bien aimé rencontrer des aborigènes à la piscine de Jabiru.

J’ai trouvé marrant de dormir dans le petit campervan(sunshine coast).Maëlla et moi,on dormait au dessus de papa et maman.C’était notre cachette !

Nous avons passé un bon moment à Sydney et c’était cool de voir Léna et Félix et d’aller à la plage avec eux.

Maëlla:

J’ai bien aimé visiter le park du kakadu et faire la sortie sur la Yellow River pour voir les saltwater.J’ai trouvé très interessant les peintures des aborigènes mais leurs légendes me font un peu peur surtout celle du Rainbow serpent qui raconte l’histoire du serpent qui mange les enfants qui pleurent trop fort !!!Mais j’aime bien l’histoire du pêcheur Mabuyu car cela raconte qu’il ne faut pas voler ce qui appartient à autrui.

Les peintures sur les rochers nous montrent tout ce qu’ils mangeaient.C’est super intéressant !Par contre il faisait drôlement chaud.

Mais ce que j’ai  préféré c’est mon anniversaire à Sydney !

 

Bilan de l’Australie

L’australie est un pays gigantesque et nous n’en avons fait qu’une petite partie.C’est probablement le pays où nous avons dépensé le plus car les prix y sont très élevés.Les australiens vivent moyennement bien avec leurs salaires mais pour les touristes européens que nous sommes,c’est extrêmement cher.

Nous avons essayé plusieurs modes de transport et de logement ce qui nous a permis de tester les différentes infrastructures.Elles sont toutes très bonnes mais avec une petite préférence pour les campings.(super camp kitchen et des salles de bain en général très correctes).

Les Australiens nous rappellent un peu les Américains par leurs côtés très décontractés et nonchalants mais ils possèdent ce « je ne sais quoi « qui fait que nous avons un petit penchant pour les Aussis.Ils s’intéressent toujours à vous (de façon sincère) et n’ont pas le poids de »superpuissance » sur les épaules ce qui en fait  un pays assez tranquille et sûr.

Nous avons particulièrement aimé le nord avec le parc du Kakadu mais les plages de la Sunshine coast sont aussi inoubliables.Même chose pour Sydney !

Bref,on a adoré…Franck a redécouvert ce pays qui avait bien changé en 20 ans, mais qui le fait toujours autant rêver; et ,en ce qui me concerne,j’avoue que mes craintes des bêbêtes n’étaient pas fondées(enfin pas vraiment).J’ai été surprise par le côté si friendly des Aussis et captivée comme les filles par la faune et la flore locales.

Australia forever !