Le Top End…le territoire du nord

 

 Darwin

Darwin, l’orientale…Darwin, la survivante…

A l’origine, Darwin  était un avant-poste militaire qui était censé empêcher les Hollandais et les Français de coloniser cette partie du pays.

Lors de la deuxième guerre mondiale, elle servit de base pour les australiens et les américains et elle fut bombardée plus d’une soixantaine de fois par l’armée japonaise. Miraculée…

Mais, en 1974, la nuit de Noël ,le cyclone Tracy détruisit la ville, la rayant de la carte. Il fallut trois ans pour rebâtir la ville.

En bordure de la mer du Timor, Darwin est une porte ouverte sur l’Asie. Elle est d’ailleurs plus proches des îles indonésiennes que des grandes villes australiennes du Sud du pays. Cette ville de 130000 habitants est bien différente des autres grandes villes australiennes :Sa situation géographique aux portes de l’Asie, sa population composée de plus d’une cinquantaine d’ethnies, son billet d’entrée aux parcs nationaux du Top End et à la culture aborigène lui donnent une image de baroudeuse et d’insoumise. 

 

 

Nous avons donc quitté le Brisbane mercredi matin sous un soleil radieux et avec des températures frôlant les 25/26 °…pour atterrir 3h30 plus tard à Darwin sous un soleil de plomb avec près de 35/36° !

Les dix degrés de différences sont un peu pénibles à supporter .Mais nous avons lu que tous les jeudis pendant la saison sèche avait lieu le marché de Mindil beach de 17h à 22h et comme nous sommes le premier jeudi de la saison dîte sèche ,pas question de manquer ce rendez vous ! Sitôt sortis de l’avion,nous nous précipitons pour aller récupérer notre voiture de  location,puis petit passage dans notre backpakers pour attraper les clés de la chambre…Pas le temps de décharger,nous fonçons vers l’endroit indiqué sur ma liseuse.Sur le chemin,nous dépassons un grand nombre de personnes avec leurs chaises pliantes sous le bras et qui ,apparemment se dirigent tous vers le même endroit .Ce soir Mindil Beach is « the place to be ! »(l’endroit à ne pas manquer).

Au fur et à mesure que nous nous approchons du marché,le son des didgeridoos se fait entendre et l’excitation commence à nous gagner.L’endroit est bondé et un nombre incalculable d’échoppes(restauration et artisanat) se présentent à nous .Des roulottes brinquebalantes, accoudées les unes aux autre, proposent des mets si différents que l’on ne peut s’empêcher de sourire :Thaï,Japonais,Fish and Chips,Chinois,Italian,Mexicain,Crêpes,Crocodiles,Huîtres (on a hésité mais vu la température ,on a préféré s’abstenir)…Tout le monde y trouve son compte.La moiteur de l’air,le soleil couchant et le son du didgeridoo  nous plongent dans une ambiance très particulière…Les aborigènes commencent à danser et semblent entrer dans une transe venue d’une autre époque.Le soleil a presque disparu quand nous voyons des petits groupes de personnes se diriger vers la plage le long de laquelle est installée le marché. Eh beh nous aussi on veut voir ce qui se passe là-bas !!La plage se trouve derrière une dune de sable et lorsque nous arrivons en haut de celle-ci , un spectacle féérique s’offre à nous. La plage est recouverte de petits humains venus admirer ce que La planète a de plus beau à nous offrir : un magnifique coucher de soleil dont les couleurs sont si improbables que l’on pourrait croire qu’une peinture a été installée en toile de fond.

Nous quittons Mindil Beach le sourire aux lèvres.