Les environs d’Ubud

Nous sortons d’Ubud pour aller visiter les villages avoisinants:Mas,Batubulan…Les balinais naissent artistes (ou chauffeurs de taxi car tout le monde semble pouvoir vous conduire où vous le souhaitez !)et ils ont tous des petites mains en or.On découvre le long des routes plein d’ateliers de sculptures de bois,de pierre,de batik,d’argent…C’est vraiment impressionnant de les voir travailler toutes ces matières.

Pour nous déplacer,nous avons pris l’option d’un taxi/chauffeur/guide.Made nous emmène où l’on veut et comme il est très sympathique (commes tous les balinais en général),nous faisons appel à lui lorsque nous voulons sortir d’Ubud.

Nous partons découvrir le volcan Gunung Agung (3142 m)surnommé le nombril du monde par les balinais.Sa dernière éruption date de 1963 et a causé la mort de 1500 balinais. Au pied du mont Agung se trouve  l’ensemble religieux le plus important de Bali: le temple de Besakih, »le temple mère ».La visite est intéressante mais les sollicitations incessantes gâchent un peu l’ensemble.On craquera pour des cartes postales vendues par des petites louloutes hautes comme trois pommes s’exprimant dans un français impeccable.Leur tour est bien rôdé mais comment résister à ces petites bouilles souriantes qui vous disent : »S’il te plait madame,pour que je puisse aller à l’école…Si tu achètes,je te donne une en cadeau. »Comment  peut on dire non ?Maëlla et Lilwenn se présentent en balinais et font connaissance avec un de ces petits anges.D’ailleurs celle ci reviendra plus tard apporter des fleurs aux filles qui seront très touchées par ce geste.Nous devons également négocier les sarongs que nous devons emprunter pour entrer visiter le temple et c’est ,comme toujours, une lutte acharnée !Mais voir Franck en sarong,ça n’a pas de prix !

 

 

 Nous profitons de notre séjour balinais pour nous faire masser et chouchouter car les massages coûtent à peine 8 € pour une heure !Nous emmenons les filles faire un petit tour au spa pour leurs premières pédicures…Elles sont excitées comme des puces ce qui fait bien rire toutes les petites balinaises qui s’occupent d’elles…Elles ressortent avec de jolis ongles et le sourire aux lèvres…Elles risquent de devenir accros !

 

 

 

Après un petit tour dans l’est de l’île,nous faisons une petite virée dans le nord pour aller voir Munduk et ses paysages mais surtout le lac Bratan qui est le deuxième plus grand lac de Bali.Ici ,l’air est plus frais et on trouve beaucoup de culture de fraise.Nous en profitons pour visiter le temple du lac,temple hindo bouddhique,très prisé par les touristes : le Pura Ulun Danu Bratan qui est dédié à la déesse des eaux,Dewi Danu.

 

Cette petite virée nous permet de passer par les rizières en terrasse de Jatiluwih,qui sont un vrai régal pour les yeux.Jatiluwih signifie « vraiment merveilleux » et le spectacle qui s’offre à nous  l’est vraiment.Ces  terrasses centenaires seront probablement classées au patrimoine de l’Unesco.Malgre la chaleur étouffante,nous tentons une promenade dans ces lieux magnifiques mais celle ci sera de courte durée,le soleil nous assommant littéralement.Ils sont bien courageux nos petits balinais ! 

Nos sorties avec Made sont très instructives et nous permettent de mieux appréhender la culture balinaise.

Bali,l’île des dieux….Alors que la grande partie des îles indonésiennes sont de religion musulmane,Bali est hindouiste.Il y a beaucoup de similitude avec l’Inde puisqu’on retrouve le système des castes,les crémations,les trinité comme Brahma,Shiva et Vishnu.

Ganesh, dieu de la sagesse et de l’intelligence, protecteur du savoir et de l’éducation. Il est très populaire et de nombreux hindous le prient avant d’entreprendre quoi que ce soit, car il a le pouvoir d’écarter les obstacles pour garantir un succès.

La religion est au coeur de la vie de tous les jours et nous sommes toujours ébahis de voir toutes les offrandes sur le trottoir ,devant les magasins ,les hotels,restaurants,sur les scooters,dans les voitures,devant les maisons…Les balinais font des offrandes 3 fois par jour et on peut voir des femmes les fabriquer et les préparer pendant des heures.Ce sont de petits paniers en feuille de palmiers et les femmes y déposent des grains de riz,des biscuits,des fleurs ,de l’encens…Sur ces offrandes,les femmes y déposent des gouttes d’eau bénite avec un rituel bien précis .En général,chacun se fabrique ses offrandes mais ceux qui travaillent et qui n’ont pas le temps de les faire peuvent les acheter tôt le matin.En fait,il y a des offrandes pour les dieux mais aussi pour les démons car les balinais ne veulent pas qu’ils se fâchent.Tout est question d’équilibre…Les offrandes pour les dieux sont souvent installées en hauteur sur de petits autels et celles pour les démons posées par terre.Celles pour les dieux sont raffinées car les dieux ont bon goût,celles pour les démons sont plus banales car les démons sont voraces .

Les balinais passent plus de la moitié de leur temps à préparer des offrandes ou des cérémonies religieuses.Bali possède une multitude de temples puisqu’il y a les temples familiaux,les temples du village ou les temples nationaux et c’est pourquoi ,chaque jour sur l’île,on peut observer l’anniversaire d’un temple.Chaque maison possède un temple familial ,plus ou moins important selon la caste à laquelle on appartient.

Petite explication sur les prénoms balinais…Nous étions très surpris les premiers jours d’entendre toujours les mêmes prénoms lorsque nous leur demandions comment ils s’appelaient.A Bali,il y a très peu de prénoms et ils sont donnés selon l’ordre d’arrivée.Ainsi les aînés s’appellent Wayan signifiant « le plus mûr » (ou bien Putu ou Gede) et pour les filles Wayan(ou Putu ou Iluh),les seconds s’appellent Made signifiant « le milieu » (ou Kadek)et pour les filles Made(ou Kadek ou Nengah ).Au troisième rang(masculin ou féminin),on trouve  Nyoman qui signifie « le dernier » (ou Koman).

Après ça se complique…En règle général,les balinais n’ont pas de grande famille(du moins ces dernières decennies) et 3 enfants semblent être le nombre idéal selon eux mais comment faire si la nature en décide autrement ?Il a donc fallu trouvé un quatrième prénom :Ketut !(derivé du mot kitut qui est la minuscule petite banane qui pousse au bout du régime de banane).

Et après ? On recommence depuis le début !Et pour différencier les prénoms mixtes,on rajoute I devant les prénoms masculins et  NI devant les prénoms féminins.

Nous avons aussi rencontré d’autres prénoms tel que Gusti ou Ayu mais ils appartiennent aux castes plus élevées (seulement 10 % de la population).

Maëlla peut donc fièrement dire : »Nama saya (Ni)wayan « et lily « nama saya (Ni) Made »

Et pour les noms de famille ?C’est encore une autre histoire !(pour ceux que cela intéresse,nous contacter!!!).

Pour notre dernière soirée à Ubud,nous sommes allés voir une autre danse balinaise appelée le Kekak.La représentation a lieu dans un temple à ciel ouvert avec comme seule lumière un flambeau au milieu de la cour.Cette danse est très particulière car elle se joue sans gamelan (accompagnement instrumental) et c’est un choeur qui chante de manière quasiment continue le chak-a-chak-a-chak.C’est ce même choeur qui chante lors des transes durant les rituels.Les costumes sont sublimes et on se laisse emporter par ces voix et l’histoire de Rahma et Sita.

Nous partons désormais faire un petit tour du côté d’Amed sur la côte est de l’île.